Jessica Lee, travailleuse du sexe

JessicaLee-TemoignageVedette

Jessica Lee a choisi d'exercer le travail du sexe. Dans son témoignage, elle insiste qu'elle n'est pas une victime, qu'elle n'a subit aucune pression. Elle doit pourtant livrer son témoignage à visage flouté car il existe trop de mépris et de discrimination dans le contexte d'une loi qui veut criminaliser l'achat et la vente de services sexuelles.

En effet, selon Jessica, le projet de loi C-36, vise à lui interdire d'annoncer clairement et avec franchise les services sexuels qu'elle accepte d'offrir, ce qui pourrait engendrer des problèmes de communication entre elles et ses clients. Pour assurer des pratiques sécuritaires, Jessica utilise le web pour promouvoir sa business. Cela lui permet d'être en contact avec les organismes venant en aide aux travailleuses du sexe, de rechercher des clients potentiels sur les listes d'agresseurs et d'être en contrôle de l'image qu'elle veut livrer.

Elle attire l'attention sur la différence entre le trafic des femmes et le travail du sexe. Elle croit que le gouvernement doit mettre l'accent sur la lutte contre l'exploitation sexuelle au lieu de s'acharner sur les adultes consentant.

Néanmoins, elle croit qu'il peut y avoir plusieurs interventions pour améliorer les conditions de travail dans l'industrie du sexe : l'assurance santé, l'obtention de licences, des lignes d'écoute pour les travailleurs du sexe, des services sociaux pour les personnes trans sont autant d'idées qu'elle aurait aimé voir proposées comme nouveau cadre juridique.

Cliquez ici pour écouter la vidéo complète (en anglais) sur Internet.

Retour à l'archive de témoignages récemment mis en vedette.